Catégories
Société

Les moutons

Encore un compliment qui a du plomb dans l’aile.

J’entends souvent autour de moi le mot mouton utilisé de façon péjorative. Il s’agit d’un terme qui s’utilise aussi facilement que le mot complotiste pour dénigrer le point de vue d’une personne sans chercher d’argument pour discuter. Après tout, c’est de bonne guerre, mais cela n’élève pas le débat et favorise le clivage qui opposerait deux parties de la population -je ne précise pas quels sont les différents camps en ce moment, car vous les connaissez et parce qu’il s’agit d’un sujet intemporel-. Heureusement les relations sociales ne sont pas aussi binaires et nous avons quelques nuances disponibles entre le blanc et le noir, à condition de bien vouloir se compliquer un peu la vie.

J’aime beaucoup la métaphore qui divise la société en trois catégories majeures: les brebis -nettement moins péjoratif que mouton- les bergers et les loups. Brebis galeuses, renards et autres blaireaux ont également leurs places, mais elles se situent hors société. Si le loup a un côté rock’n’roll aguichant et le berger une stature glorieuse attirante, la brebis reste intéressante par son côté pacifiste et confortable. Cette dernière correspond à une grande majorité de la population bien que la plupart des gens refusent de l’admettre. Nous sommes des moutons, peu de responsabilités, beaucoup de sécurité et en échange nous fournissons ce qui est attendu de nous.

Si ton silence t’apporte toujours la paix, un mouton ne devrait pas se présenter à l’abattoir

Idriss Mahamat Kosso

Restons dans le thème mais passons du coq à l’âne. Les révélations de l’association L214 font partie des choses qui m’ont ouvert les yeux sur ma part de responsabilité quant aux atrocités de ce monde. Sur la nocivité de la monnaiecratie. Je me suis rendu compte de ce que la soif d’argent est capable de faire faire aux Hommes. J’ai alors remis en question ma place de brebis, si confortable pour l’instant. Que se passera-t-il quand mes bergers ne tireront plus suffisamment profit de ma docilité? Seront-ils capables de me traiter avec autant de cruauté qu’on traite les animaux? C’est inconcevable. Quoique. Quand je vois à quelle vitesse les avancées civilisationnelles régressent depuis quelque temps, je me demande combien de temps il faudra pour revenir 200 ans en arrières. La méfiance envers mes protecteurs est grandissante.

Il est tout à fait légitime d’assumer sa place de suiveur. Quand les dirigeants font leur travail, c’est du donnant-donnant. Il n’est pas pertinent d’accabler ceux qui gardent confiance dans le gouvernement sans chercher à remettre en question leurs décisions. Un optimisme et une telle foi en l’humanité mérite un certain respect. La naïveté est une forme de pureté que la méfiance nous fait perdre.

La naïveté est une façon de vivre intelligemment le présent.

Gustave Parking

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s