Catégories
Comportement Détente Société

Une ligne de conduite

La trajectoire des bulles

La route est un des rares endroits où toutes les classes sociales se mélangent. Nous sommes en général plutôt cloisonnés, pas ici! Du prout-prout qui prend un chauffeur au mendiant qui attend au feu rouge, de nombreuses rencontres étonnantes sont possibles. Ou plutôt seraient possibles si nous n’étions pas victimes d’un phénomène de Bullite

La Bullite comme la majorité des problèmes sociaux peut se résoudre de façon individuelle: en gardant la maîtrise de soi. C’est extrêmement difficile.

On peut s’en apercevoir en faisant un parallèle avec la santé. La plupart des gens savent que tant qu’on a la santé le reste a peu d’importance. On sait également que pour garder la santé il faut: bien dormir, bien manger, entretenir son corps et son esprit. Ces quelques contraintes seraient faciles à tenir avec de la maîtrise de soi. Peu de gens en sont capables.

Il y a sur la route une rétrospective possible grâce à l’analyse de sa conduite. Ici c’est le cas de l’automobiliste qui m’intéresse car c’est celui qui me concerne le plus; bien qu’il doive également être possible d’analyser nos comportements dans les transports en commun, à vélo, à pied ou autres.

Changer ses mauvaises habitudes est une tâche difficile. Notre corps fonctionne en partie comme une machine programmable. La répétition d’une fonction entraîne son déclenchement de façon de plus en plus automatique. Une action inconsciente. Ce phénomène est bien pratique car il nous permet d’économiser notre énergie. Conduire en conscience de chaque action revient à se retrouver dans le même état que lorsque nous apprenions à conduire pour la première fois. Dans cet état, faire une pause toutes les deux heures n’est plus un article du Code de la route contraignant mais un besoin évident. S’entraîner à conduire le plus consciemment possible est un exercice intéressant car il est ensuite transposable dans d’autres domaines. L’exercice peut s’appréhender sur deux plans: l’un purement technique et l’autre comportemental.

La plasticité cérébrale

La vue. Tout le monde le sait, pour conduire il faut une bonne vue –ou une bonne paire de lunettes-. Ce qui est moins évident, c’est de savoir qu’il faut regarder, ou dans certains cas ne pas regarder –l’accident, la belle blonde, le beau brun…– Encore un article du Code nous le rappelle: regarder l’état de son véhicule avant de s’en servir. A chaque fois!? c’est vraiment n’importe quoi! Une fois par jour? par semaine? par mois? par an? jamais? Observer et maîtriser son regard.

La mécanique. Nous voilà à bord. On démarre, on s’en va… inconscient de la merveille de technologie que nous utilisons –pour la plupart des gens-. Commencer par essayer de comprendre les outils que nous utilisons est utile dans tous les domaines. Pas besoin de devenir garagiste –ni informaticien quand on se sert d’un téléphone- mais les ingénieurs qui fabriquent ces belles choses préconisent la connaissance des bases. Lire la notice de sa voiture, débrayer avant de démarrer, respecter le temps de chauffe, respecter le régime moteur, économiser l’embrayage … Savoir reconnaître un bruit anormal… ce qui nous conduit directement au chapitre suivant!

L’ouïe. Même principe, entendre et écouter, il y a une subtilité. Pour la mécanique, écouter son véhicule est indispensable. Pour la sécurité, entendre un klaxon ou une sirène est important également. L’ambiance sonore ne doit pas être négligée. Ce qui sort du poste de radio à un impacte important sur le conducteur. Aucun son de temps en temps pour écouter le reste, une musique entraînante pour se tenir éveillé, une musique tranquille pour se calmer, un podcast pour rester concentré, les radios mainstream pour se faire lobotomiser.

L’émotion. C’est ici que le phénomène de Bullite a le plus d’importance. Sur la route nous sommes dans un espace public, dans notre véhicule nous sommes dans un espace privé. Nos comportements sont très différents dans chacun de ces espaces et nous ne laissons pas la même place aux émotions suivant le contexte. La conduite est très révélatrice du changement d’état d’esprit d’un individu lorsqu’il se retrouve en société. Quand deux bulles se rencontrent, l’ambiance de chaque bulle à un impact important sur ce que la collision va provoquer. Compassion, Dialogue, Ignorance, Mépris, Agressivité, etc. La maîtrise de ses émotions au volant ne se fait pas en un jour. Attention, l’importance des mots même quand on est seul dans sa bulle révèle beaucoup de choses. Altruisme au volant, altruisme tout le temps.

Notre conduite sur route reflète assez bien nos comportements au quotidien. Nous avons tendance à mal faire les choses parce que nous avons l’impression de manquer de temps ou parce que nous sommes en mode veille. Rouler trop vite, ne pas regarder son véhicule, ne pas sélectionner ce que l’on écoute, ne pas être patient avec les autres ou ne pas être attentif aux autres, etc. Bref, la route peut-être une source de stress pour certains ou une source d’ennui pour d’autres. On peut changer cela en faisant d’une pierre deux coups: utiliser le temps passé au volant pour travailler sa concentration et sa maîtrise de soi.

Une réponse sur « Une ligne de conduite »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s